Congé proche aidant : quelles conditions ?

Le congé du proche aidant permet à un salarié, sans condition d’ancienneté, de cesser temporairement son activité professionnelle pour s’occuper d’un proche (conjoint, descendant, ascendant, collatéral..) qui est en situation de handicap ou en perte d’autonomie d’une particulière gravité.

Ce congé est fractionnable dans une limite de 3 mois et renouvelable, dans la limite d’un an sur toute la carrière professionnelle.

Il ouvre droit à une rémunération à travers le versement d’une allocation journalière du proche aidant dont le montant s’élève à 43,83 €/jour pour les personnes vivant en couple et 52,08 €/jour pour une personne seule. Il peut être fractionné ou transformé en temps partiel sur accord de l’employeur.

Le salarié doit informer son employeur en respectant les conditions et les délais déterminés par l’accord de branche ou de l’entreprise.

La demande de congé du proche aidant, accompagnée des pièces justificatives, se fait par courrier adressé à l’employeur. La lettre permet de justifier la date de la demande, il est donc recommandé de l’adresser par lettre recommandée avec accusé de réception.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :